Olphéra, le pays de légende… Chercherez vous les cinq objets mystiques ou vivrez vous votre vie simplement… ? Incarnez un Humain, un Esclave, un Neïko ou un Hybride…Serez vous soumis ou rebellé ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Neji [ Libre ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Neji
Nouveau~Fiche à faire
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Neji [ Libre ]   Sam 4 Aoû - 17:56

Fiche Personnage


Nom : -
Prénom : Neji
Surnom : -
Âge : 25 ans
Sexe : Mâle
Sexualité : Inconnue.
Libéré : Oui, pour l’instant.

Description Physique :


Taille : 189 cm
Poids : 85 Kg

Une Silhouette fine et élancée s’avance dans la nuit, avec le jeu d’ombre et la lumière de la lune, on peut apercevoir deux oreilles, ainsi qu’une queue de chat qui dépasse cette ombre mouvante qui se déplace dans la nuit. Et oui, c’est un NeÏKO. Malheureusement, la pénombre ne permet pas d’en savoir plus pour l’instant, ah si, la lumière d’une lune sans nuages éclairant son dos, on peut voir que ses cheveux, qui tombent un peu plus bas que ses épaules, tout comme les poils qui recouvrent ses oreilles, ainsi que sa queue, sont d’un blond presque blanc. Pas un blond brillant, comme celui des poupées barbie, non, un blond mat, discret.

Soudain, il passe dans la lumière d’un lampadaire. Alors ses traits se dévoilent. Une peau mate, légèrement brune. Torse nu, Neji revêt un Jeans et porte des baskets blanches, vestiges de son ancienne vie. Son torse, éclairé à la lumière artificielle, montre une musculature fine et détaillée, conséquence d’un entretien régulier et matinal. Ses bras, dont le droit arbore un tatouage de dragon tribal, sont légèrement musclés et s’achèvent en deux mains qui plongent directement dans les poches de son pantalon. Sur son visage, deux lèvres fines naturellement arquées en un sourire de défi, précèdent un nez fin, droit, Déterminé. Brillants à la lumière blanche du lampadaire, deux yeux d’un vert d’eau semblent fixer l’horizon…

Caractère :


Neji a maintenant un caractère bien forgé. Car si au commencement, il pouvait être quelqu’un de gentil, d’ouvert aux autres, les conditions dans lesquelles il a vécu récemment on fait de lui quelqu’un de fondamentalement différent.

C’est aujourd’hui un être dont le seul désir est de survivre par et pour lui-même, cherchant la solitude, il ne veut plus avoir à faire avec les autres Êtres vivants, Neïkos ou non… A la fois Apeuré et hargneux face aux autres personnes, il préfère éviter les gens pour ne plus avoir à souffrir ou simplement pour ne pas être obliger de les tuer. Si de nuit, il se promène comme un être normal, le jour, il préfère raser les murs, se faufiler dans l’ombre.

Depuis les récents évènements, il ne supporte plus la douleur, non pas dans le sens où il s’agit d’une chochotte, mais simplement qu’il n’est plus celui qui va endurer la douleur sans rien dire, au contraire, il promet à la source de sa souffrance une longue et lente agonie.

Autrement, lorsqu’il est seul, il est relativement tranquille, silencieux. Il n’aspire qu’à vivre tranquillement loin d’Olphéra. Après tout, c’est un criminel recherché qui ne cherche qu’un asile pour vivre en paix, en solitaire, loin de tout… Il ne sait pas ce que c’est qu’aimer, il ne l’a jamais ressenti et considère ce sentiment comme une faiblesse. IL ne connait non plus pas l’amitié et comme l’amour, il la voit comme un défaut plus qu’autre chose.

Histoire :


Né d’un accident entre deux esclaves neïkos d’une seule et même maison que le maître des lieux faisait coucher ensemble pour le plaisir des yeux, Neji fut, dès sa naissance, envoyé en « orphelinat ». En effet, extrêmement sadique, le maître de sa mère, ne l’avait pas fait avortée et avait pris un malin plaisir à lui arracher son nouveau-né des bras après lui avoir fait miroité qu’elle pourrait vivre tranquillement avec son bébé lorsque celui-ci serait né.

Pour ce qui est de l’ « Orphelinat », c’était bien sûr, plus une prison pour nourrissons qu’un établissement pour poupons sans parents. A peine nourri et laissé pour compte dans un berceau parmi tant d’autres bébés, Neji, dont le prénom avait été légué par sa mère dans les seuls instants qu’elle avait pu avoir avec lui, vécu sa petite enfance tel un forçat. Méprisé pour ses oreilles et sa queue de chat par les autres, il se battait souvent et en était d’autant plus puni. Pourtant, à chaque punition, il se promettait intérieurement de changer, d’ignorer les petits imbéciles qui se permettaient de le juger. Dans la noirceur du cachot qui lui servait de chambre, il essayait de s’imaginer à quoi sa mère pouvait bien ressembler… Il se demandait aussi si elle l’avait abandonné par elle-même ou si elle avait été forcée, ce qui était souvent le cas, comme il l’avait entendu dans la bouche de plusieurs de ses geôlières.

Les années passèrent lentement, très lentement, progressant au rythme de la douleur des coups, mais jamais il ne pleura…Pas question de faire plaisir à ces tortionnaires. Doucement, son caractère, qu’il avait voulu stoïque devint lentement mais surement hargneux, vindicatif… Se disant intérieurement que ces gens finiraient par payer, eux, ou d’autres pour eux, Neji ruminait dans sa tête des moyens pour sortir de là, mais sa jeunesse et la faiblesse qui en résultait n’arrangeait pas les choses.

Enfin vint le jour de ses dix ans…Enfin… Ce n’était pas vraiment un soulagement, mais plutôt sortir d’un calvaire pour entrer dans…Un pire. En effet, en âge de servir des maîtres tous plus avides et cruels les uns que les autres, Neji fut envoyé dans l’animalerie d’Olphéra. Alors qu’il rentrait dans la bâtisse, il méprisa immédiatement les autres Neïkos qui tentaient désespérément de séduire un humain pour qu’il les choisisse. Ainsi mendier une porte de sortie, non jamais Neji ne ferait cela, jamais il ne se mettrait à genoux devant un homme, jamais. Cette attitude lui valu d’ailleurs un séjour prolongé à l’animalerie et des réprimandes musclés du gérant mais qu’importe, jamais il ne plierait, il l’avait décidé.

Il chercha pendant tout le temps passé à l’animalerie un moyen de s’enfuir, de déguerpir de ce trou à rats… Pourtant, aucune occasion ne se présentait. Et au fur et à mesure que les jours, les années passaient, il se résigna à être emmené par un maître. Il serait plus simple de passer pour un gentil chaton puis de s’enfuir de la maison et ne plus jamais revenir. Ainsi, il avait été emmené par plusieurs maîtres, mais l’un après l’autre, ces derniers avaient pris peur avant qu’il ne puisse mettre à exécution un plan d’évasion, et l’avait ramené à l’animalerie. Trimbalé pendant plus de dix ans de cette manière, Neji avait à plusieurs reprises agressé son maître, mais avait toujours été rattrapé.

Lentement, Neji s’était demandé s’il ne fallait pas jouer la carte de la gentillesse, qu’il avait toujours rejeté, mais qui s’imposait maintenant à lui… Une gentillesse feinte bien sur, en aucun cas il ne pouvait être gentil avec un autre, c’était inconcevable. Mais alors qu’il réfléchissait à cette possibilité, un nouvel homme arriva. Il avait tout de suite regardé Neji d’un air supérieur, et ce dernier lui avait jeté un regard noir, ayant décidé de repousser au prochain client sa nouvelle stratégie. Mais le client ne se laissa pas impressionner comme tous les autres, il demanda au vendeur ce qu’il pensait de Neji et ce dernier lui avoua qu’il était difficile, dur à vivre et qu’il était du genre à avoir souvent besoin de corrections. A ces révélations, les yeux de l’humain s’étaient illuminés, et pour seule réponse au vendeur, il avait dit : « Ne vous en faites pas, je vous le prends, je vais le mater moi. » Et le vendeur, trop content de s’en débarrasser accepta sans discuter. Ainsi, Neji fut emmené, en laisse, par son nouveau maître.

Il était le troisième esclave de la maisonnée, avec une esclave humaine et une hybride. Elle avait à peu près son âge, 24 ans. Devenu assez fort et grand pour tenir tête à presque n’importe qui, son maître l’avait ligoté, menotté pour être sur qu’il ne s’évaderait pas. Pourtant ce maître là, involontairement et surtout à son insu, permis à Neji de prendre le large. En effet, la femme de son maître était férue de jeux obscènes. Elle passait son temps à demander à Neji de coucher avec les deux autres esclaves pour son seul plaisir à elle. A force, Neji était de plus en plus dégoûté par cela. Besogner jour après jour n’était pas ce qu’il souhaitait, il commença d’ailleurs à générer une répulsion pour la gente féminine…

Un jour, estimant que le moment était venu, il commença par obéir à l’obsédée qui servait de femme au maître mais qui n’était même pas capable de le satisfaire, et recommença une ultime fois. Pourtant, ce jour-là, il arrêta en plein milieu et, armé de ses chaînes, se jeta sur sa maîtresse, qui s’était rapprochée pour le frapper, et l’étrangla avec ses chaînes, un sourire sadique sur les lèvres. Il se souvient encore lui dire : « Alors sale chienne, tu aimes ça ? » Les cris ,que cette truie poussa, alertèrent le mari qui accourra. Assistant impuissant au décès de sa femme qui ne le gêna guère, il proféra des menaces à l’encontre de Neji et menaça de faire disparaître la clé qui verrouillait ses chaines s’il ne se calmait pas. Neji ne se laissa pas démonter et continua d’avancer sur son maître qui d’habitude avait l’air si sur de lui lorsqu’il battait Neji… Comme réaction stupide, cet imbécile avait décidé d’avaler la clef. Neji eut un sourire sadique et dit : « Si tu crois que ça va m’arrêter… »

Alors, lentement, Neji s’approcha et finit par tuer son maître, de nouveau par strangulation. Les deux esclaves n’avaient rien dit, rien fait. Il suffisait de voir le regard de Neji pour comprendre que si l’une d’elles se mettait en travers de son chemin elle subirait le même sort funeste. Neji prit alors un couteau dans la cuisine et ouvrit les entrailles de son défunt maître. Récupérant la clé maculée de sang, il se délivra de ses chaînes et parti dans la nuit… La liberté était à lui, malgré le lourd tribut en sang qu’elle avait demandé… Neji, 25 ans, était enfin libre, il avait enfin pris sa revanche sur le monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minael Yukito
Hybride Mâle
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Neji [ Libre ]   Sam 4 Aoû - 21:19

j'suis nouveau modo et j'aide les admins

Fiche validée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Neji [ Libre ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olphéra :: Le registre :: Fiches des Neïkos-
Sauter vers: